Connect with us

End Of Sentence

End of Sentence : Découvrez la critique du film de ‘The Hollywood Reporter’

Source : The Hollywood Reporter / Photo : Berserk Films
Le 28 juin dernier le nouveau film de Logan Lerman ‘End of Sentence’ a été présenté en avant-première au Festival International du Film d’Edimbourg. Découvrez ci-dessous ce qu’en a pensé le journaliste du magazine ‘The Hollywood Reporter’.

John Hawkes et Logan Lerman jouent le rôle d’un père et d’un fils opposés qui installent une entreprise familiale inachevée en Irlande dans ce road movie émotionnellement brut.
Un père récemment veuf et son ex-fils partagent un périple pénible à travers l’Irlande dans End of Sentence , un road-movie tragicomique du producteur islandais devenu directeur, Elfar Adalsteins. Servant de superbe vitrine à la présence effrénée et soulageante de l’écran du chien de garde du candidat aux Oscars John Hawkes ( Winter’s Bone ), avec le soutien inconditionnel de l’ancien acteur enfant Logan Lerman (vedette des films fantastiques Percy Jackson ), cet aigre-doux Islande-Irlande- La coproduction américaine a le ton riche en caractères et la texture romanesque d’un film d’Alexander Payne. Créé en première mondiale à Edimbourg, il a tout le potentiel nécessaire pour transformer le buzz du festival en recettes de guichet.

Fin de la peine s’ouvre dans une prison de l’Alabama, où Frank Fogle (Hawkes) et sa femme Anna (Andrea Irvine) rendent visite à leur fils égaré, Sean (Lerman), qui purge une peine pour vol de voiture. Anna, qui est en train de mourir d’un cancer, informe calmement Sean que ce sera sa dernière visite. À la suite de ses funérailles, le père et le fils sont confrontés au défi de réparer leur longue relation. Mais la tête brûlée Sean n’est pas d’humeur à construire des ponts. Partant pour la Californie avec la promesse d’un travail, il fait clairement comprendre qu’il ne veut plus jamais revoir Frank.

Les esprits s’emparent inévitablement lorsque Frank demande à Sean de partager un dernier acte de clôture, le rejoignant lors d’un voyage en Irlande pour réaliser le dernier souhait d’Anna de l’avoir dispersée sur un lac avec une signification émotionnelle particulière pour elle. Après avoir d’abord refusé à bout portant, Sean concède à contrecœur le pèlerinage et le couple s’envole pour Dublin. Le voyage hors-bord qui suit est rempli de rebondissements et d’erreurs inattendues, dont des révélations choquantes sur le passé romantique d’Anna et un enchevêtrement chaotique avec une femme fatale irlandaise glamour, Jewel (Sarah Bolger).

Fin de phrase est une histoire familière dans l’âme, mais magnifiquement observée, jouée avec tact et suffisamment intelligente pour répondre aux attentes du public lorsque l’intrigue devient trop confortable. Tandis que le scénario de Michael Armbruster appuie par endroits sur des boutons évidents, il ne s’arrête jamais à la sentimentalité bon marché. Les problèmes non résolus à la base de l’histoire, avec le cynique endurci Sean exhortant à plusieurs reprises Frank d’être un perdant docile, ont le sentiment douloureusement authentique de véritables querelles de famille. Même au cours d’une poignée de scènes incongrues lorsque ce drame indépendant discret passe à la farce frénétique, avec poursuites de la police et intrigues secondaires doubles, le film conserve ce noyau de vérité agréablement croquant.

Comme on pouvait s’y attendre, l’intrigue picaresque d’Armbruster finit par trouver un moyen de dégeler l’impasse glacée entre les deux hommes, mais le chemin de la réconciliation est agréablement cahoteux et escarpé. Le personnage insaisissable de Bolger est un peu trop dessiné, bien qu’elle donne toujours une performance arrondie, en particulier lors d’un interlude musical remarquable quand elle s’attaque à la ballade folk classique “Dirty Old Town” d’Ewan McColl. Adalsteins conserve une main ferme impressionnante pour un nouveau réalisateur, tandis que lui et le directeur de la photo Karl Oskarsson filment la campagne irlandaise luxuriante avec des vues aériennes majestueuses qui réussissent à paraître ravissantes sans avoir recours au cliché de l’Île d’émeraude aux yeux pétillants.

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Nouveau photoshoot pour Interview Magazine

Interview

Découvrez IAMEVE, la voix de Thalia dans PERCY JACKSON 2 (Available in english)

Autres

The Perks : Aperçu de l’affiche française : “Le Monde de Charlie”

Films

Logan Lerman pour GQ Style UK “Je faisais semblant d’être malade pour regarder des films”

Magazines

Newsletter Signup

Copyright © 2010-2019 Logan Lerman France.

Connect
Newsletter Signup