Voici un article rédigé par un journaliste du site “Nola” qui s’est rendu sur le tournage de “Percy Jackson : La Mer des Monstres” en Nouvelle-Orléans, dans le parc d’attraction abandonné ‘Six Flags‘.

Il y a tout type de choses que vous pouvez vous attendre à trouver dans un endroit où les marais réupèrent de plus en plus de territoire, depuis le passage de la tempête Katrina : des tatous et des opposums, des alligators et des serpents. Ou recemment des cyclopes et des satyres. Il y a aussi un manticore -une créature au visage humain et au corps de lion- qui se joindra à la partie.

Les trois derniers, cependant, devront passer en post-production et attendre quelques effets spéciaux générés par ordinateur afin de prendre leur aspect définitif. C’est parce que les marais n’ont pas été les seules choses à occuper le parc d’attraction ces derniers temps. En effet, l’équipe de tournage de “Percy Jackson : La Mer des Monstres” soit plus de 150 personnes, a été nécéssaire pour tourner la suite du film à gros budget de 2010 : “Percy Jackson : Le Voleur de Foudre” produit par la Twentieth Century Fox

Le film est adapté du second livre de la saga (qui en contient cinq), écrite par Rick Riodan. L’histoire parle d’un jeune adolescent qui, après avoir appris que son père était un des dieux de l’Olympe, va être la victime de leur tourmente.
L’équipe de tournage et l’équipe de pre-production du film ont passé de nombreuses semaines dans ce vieux parc. Ils sont les responsables du retour, presque fantomatique, des lumières présentes sur la grande roue ou encore sur les montagnes russes Mega-Zeph du parc d’attraction. Et c’est pour dire ; quelques automobilistes qui empruntaient l’autoroute voisine au parc s’arrêtaient et se demandaient comment il était possible que cette anciennce zone d’amusement soit de nouveau en activité.

La production a décrété que deux semaines de tournages allaient être nécéssaires ainsi que cinq semaines de préparation pour rendre les conditions de tournage et le lieu convenables. Pour commencer, les équipes ont recablé certaines attractions dont la plupart étaient vandalisées et recouvertes de tags, afin de permettre les tournages de nuit.
Une chose que la production n’a pas fait, était de trop nettoyer et restaurer le parc. Le fait qu’il soit abandoné, et abimé, contribuait à l’ambiance mystérieuse du film – y compris l’ajout de faux brouillard qui était présent tout au long du tournage et contribuait à cette atmosphère morbide.

C’est très cinématographié,” explique l’actrice Alexandra Daddario, qui campe à nouveau le rôle d’Annabeth Chase, une amie de Percy qui l’accompagne dans ses aventures. “J’avais vu des photos du parc avant de savoir qu’on allait y tourner. Il y avait aussi des photos d’un ancien centre commercial. C’était très effrayant.

Entre les prises, Daddario était assise dans une tente qui l’aidait à se protéger des moustiques lorsque le reste du cast tournait une scène-clé près d’une montagne russe boueuse. Elle était accompagnée de Douglas Smith, qui joue le demi-frère de Percy, et Brandon T. Jackson, allias Grover le satyre

Selon Brandon T. Jackson – dont les colants bleus qu’il porte seront ensuite remplacés en post-production par des james de bouc – on ne pouvait pas faire beaucoup de choses pour éloigner les animaux de la baie.

Les moustiques font partis des créatures des marais dont l’équipe de la « Mer des Monstres » doit le moins s’occuper. 100 alligators ont été retirés du site, comme il a été préparé pour l’équipe afin qu’elle puisse « prendre le relais ». Une douzaine d’autres ont été enlevés durant le tournage. Les serpents sont également un risque du métier : à cause d’une morsure de mocassin, un membre de l’équipe a été envoyé vers l’hôpital le plus proche lors du deuxième jour du tournage, selon le directeur Thor Freudenthal (« Le Journal d’un débauché »).

Le moins que l’on puisse dire, c’est que tout cela rend le tournage intéressant — surtout compte tenu que les livres de Riordan ne mentionnent aucun parc d’attraction.

« Le parc est comme un double de l’île de Polyphème, la plaçant dans le monde moderne, » a dit Freudenthal en guise d’explication. « Il y avait certaines rencontres dans le livre où (Percy et ses amis) sautent d’îles en îles. Donc nous avons en quelque sorte pris l’essence des livres, ce qui transfère les dieux grecs dans les temps et cultures modernes — cela est vraiment dans l’esprit des livres. »

Pour les besoins du film, cette île particulière est également le lieu en ruine de ‘Circeland’ — un parc construit par la déesse Circé (et inventé pour le film), qui ne doit être détruit que par le cyclope Polyphème. Pour les personnes familières aux histoires de Riordan ou à la mythologie grecque, l’île abrite également certains éléments clés à l’intrigue — tout comme à l’apogée du film.

En plus de tourner dans l’ombre du Mega-Zeph — qui a été aligné avec des lumières et ressuscité juste assez pour avoir un zoom d’une voiture hors et à l’intérieur du cadre — la production a tourné dans l’ancien journal Ozarka Splash, rebaptisé « Le fil à plomb de la Mort » pour les besoins du film.

Parce que si peu de tours marchent encore, l’équipe a également transporté cinq de leur propres tours et les a rassemblées à une extrémité d’un vieux mi-chemin à la section de Pontchartrain Beach du parc. Parmi leurs objectifs : aider à illuminer le ciel et à ajouter une ambiance sinistre lors des scènes tournées en pleine nuit.

Compte tenu de l’histoire de l’île du film, une bonne partie du tournage se fait à bord d’un bateau de croisière appelé « Princesse Andromède ». Ces scènes ont été tournées à bord d’un yacht dans le lac Pontchartrain durant six jours avant les scènes au Six Flags. (Avant cela, l’équipe a tourné plusieurs semaines à Vancouver.)

La dernière partie de tournage de l’équipe à la Nouvelle-Orléans — impliquant des écrans géants verts — a été faite aux studios Big Easy, les effets sonores se faisant à la NASA Michoud Assembly Facility. Cela se termine cette semaine.

En ce qui concerne la mémorisation, cependant, les scènes tournées au Six Flags sont au ou près du haut de la liste, et Freudenthal dit que les fans devraient s’attendre à ce que ces tons sombres mais plaisants soient présents tout au long de son film.

« Les livres ont une inspiration vraiment ironique (la tonalité), dans le sens où on ne les prend pas au sérieux, l’inspiration vient donc de cela, » a dit Freudenthal. « La mythologie, qui a été établie dans le premier film. Nous avons une chance de prendre du plaisir avec. »

___
Article traduit par Marie (http://thelastolympian.org/) et Théo. Merci de créditer pour tout emprunt.